DANSE & SENS

Danse & Sens a pour objectif d’immerger ses acteurs dans un processus de création chorégraphique professionnelle à travers différents projets. 

Le métissage, l’échange, le partage et l’ouverture d’esprit, telles sont les valeurs que véhicule la culture Hip-hop et le projet Danse & Sens.
Son objectif : créer des passerelles entre des publics d’horizons différents en valorisant l’ouverture artistique multidisciplinaire.
Danse & sens contribue au développement et à l’évolution de la danse Hip-hop – et aux fondamentaux de la danse en général – à travers ses différents projets. Ces derniers se veulent être en évolution perpétuelle et en constante réinvention. Les projets Danse & Sens peuvent aussi bien s’adresser à un public amateur qu’à des professionnels.

AU PROGRAMME :

La formation peut avoir différentes finalités, selon le type d’enseignement dispensé. Ainsi la formation peut être d’ordre :

Technique : transmission et approfondissement des bases de la « Street Dance » en break, locking, popping…

Chorégraphique : travail de création intégrant les notions d’interprétation et d’écriture chorégraphique

– Méthodologique : formation à l’enseignement de la danse Hip-hop

Le projet Danse & Sens 2016-2017
« Danse & Sens » 2016-2017 est le fruit d’un partenariat avec le Conservatoire National de Région de Strasbourg (CNR).

Sous la direction artistique du chorégraphe Christophe Roser alias « Chico », les élèves du cursus COP/HA/CPS Danse Jazz du Conservatoire de Strasbourg, préparent un spectacle Ballet-Hip-hop inspiré des « 4 saisons ».
Ce célèbre ballet rencontrera le Hip-hop en deux points qui serviront d’ancrage au travail chorégraphique de cette pièce : l’idée de virtuosité et celle de Nature.

Démarche artistique
Allegro, andante, allegro…
La joyeuse collusion entre danse et musique baroque s’effectue ici en trois temps quatre fois répétés. C’est la construction des concertos inventées par Antonio Vivaldi qui a, selon Jean-Sébastien Bach, fortement influencé la construction de la musique « classique », c’est aussi le rythme que prendra la création du ballet des Quatre Saisons. Les Quatre Saisons et la danse hip hop viennent se rencontrer en deux points d’achoppements, qui serviront d’ancrage au travail chorégraphique de cette pièce : l’idée de virtuosité et celle de Nature.
La virtuosité de l’artiste, son énergie de sublimation, sa rage enjouée de tendre à l’universel : le prêtre roux et le danseur trouvent là leur détermination créatrice, la matrice de leur art. Il y a quelque chose qui touche au dépassement de soi dans les envolées spectaculaires de staccati des violons d’Antonio Vivaldi, quelque chose d’excessif et de débordant, comme dans les prouesses d’un breaker qui tourne sur sa tête en tenant l’impossible, la surhumaine stature jusqu’au bout de son énergie. Quel fantastique clash alors que la rencontre de ces deux mouvements artistiques, de ces deux énergies! La promesse est excitante.
L’énergie qui sous-tend ces deux formes créatrices est primaire, vitale, et converge, dans le fond comme dans la forme, vers ce qui l’a inspirée : la Nature. Encore une fois les Quatre Saisons rentrent en contact direct avec les fondements de la danse en puisant à la même source d’inspiration : le monde naturel, végétal, animal, un monde opulent de formes, de couleurs et de sensations.
Ces quatre saisons, métaphore du cycle de la vie, offrent au danseur hip hop l’occasion d’aller à la recherche de son ressenti le plus intérieur, tout en poursuivant sa quête de performance. La forme du ballet, et donc du « corps collectif », extirpe aussi le danseur de la virtuosité individuelle pour le projeter dans le groupe et la force dégagée par celui-ci, la puissance du sentiment de faire partie d’un « tout ». Les danseurs vont être à l’écoute de la musique, d’eux-mêmes mais aussi des autres danseurs, pour que l’union créatrice naisse. L’oeuvre d’Antonio Vivaldi prend ici toute son ampleur de communion des êtres.

Synopsis
Les Quatre Saisons sont une cérémonie de célébration du cycle de la vie, et chacun des danseurs devra tirer son élan de la puissance collective, cette force du temps qui file de l’aube au crépuscule, dont ils seront à la fois les acteurs et les jouets. Comme nous nous débattons dans nos vies, en somme, tout en tâchant d’être ouverts aux bruits du monde…
Le printemps sera une éclosion, explosion de couleurs vives et d’éléments déchaînés, imprimant à des corps jeunes la vivacité de la mobilité, de la légereté… Les corps voleront, presque téméraires, à la rencontre de la vie qui les invite.
L’été, caniculaire, jaune, verra des corps adolescents, presque adultes mais pas encore, qui rencontrent pour la première fois la chaleur et la plénitude, mais aussi le manque d’eau et les luttes quotidiennes, qui forment et qui déforment. Les corps s’ancreront au plus profond du sol, pour lutter contre le flot qui les entraîne, tout en l’accompagnant.
L’automne, ocre rouge, viendra comme le temps de la maturité et du raisin mûr, celui de la récolte. Les corps, gorgés encore d’énergie, accepteront sur eux les traces de leur propre construction, et de leurs stigmates.
L’hiver, enfin, plein d’une blancheur céleste, apportera avec lui la vieillesse et le sommeil, l’engourdissement de la glace et du manteau de neige. Les corps, usés par tant de vie, chercheront l’équilibre qui devrait les maintenir mais déjà se dérobe, pour continuer sa fuite en avant. Car pour que le printemps renaisse il faut que l’hiver fasse son oeuvre.

Christophe Roser (chorégraphe)

En 1986, Christophe Roser commence la danse à l’âge de 11 ans, dans le quartier de l’Elsau à Strasbourg.

En 1994, il ce forme aux arts du cirque notamment en acrobatie avec Marc Roumegous (RIP) organiser par la structure ETE JEUNE et participe à la création d’un spectacle de cirque et danse qui sera diffusé lors d’une tournée dans plusieurs quartiers de Strasbourg.

En 1996, il se professionnalise, membre fondateur de la Cie Magic Electro ,il participe aux créations collectives «EVo-So-Lution» «Passion d’Exils», «Effet», «Magic Show» et signe la chorégraphie de «Zapping», création 2004.

De 1996 à 2000, il a également travaillé avec le Cie Accrorap dans les créations suivantes:
«Echafaudage», «Hip-Hop Opéra», «M panandro», «Quilombo».

En 2000 2001, il interprète le rôle principal de Petrouchka, création de Farid Berki avec le Ballet National du Rhin.

En 2002, il danse dans l’opéra le «Prince Igor» (chorégraphie Johann Kresnik) avec l’Opéra National du Rhin et participe également en tant que danseur chorégraphe au film (cinéma 35mn), «Freestyle» de Caroline Chomienne .

En 2004/2005, il danse dans le spectacle «Ego» de la Cie Ego. Direction Artistique Eric Mézino.

En 2004/2006, il danse dans le spectacle «Malendragem» (projet franco brésilien) de la cie Malka.Direction Artistique Bouba Landrille Tchouda.

En 2005/2006, il est Danseur-Chorégraphe dans le spectacle « Rétroviseur » de la Cie GestueLLe .Direction artistique Sabine Samba.

En 2006 2007 il est Danseur-Chorégraphe dans le spectacle « A NOS MORTS » de la cie MEMOIRES VIVES (Direction artistique Yan Gilg).

Il a également participé en tant que danseur au spectacle «RUMBA HIP HOP» (Projet franco cubain) de la Cie ACCRORAP.Direction artistique Kader Attou.
En 2008 2009 il prend la direction artistique de la Compagnie MAGIC ELECTRO et signe la chorégraphie du diptyque « je de société » qui est composé du solo « case départ »mis en scène par Emmanuel Vacca puis du trio « confidence » mis en scène par Mohamed Guellati.
Il est lauréat du Concours National de Jeunes Chorégraphes au Centre Culturel Balavoine d’Arques en juin 2009.

En 2009 2010 il est Danseur dans le spectacle « SAMUDARIPEN » de la compagnie MEMOIRES VIVES (Direction artistique Yan Gilg).

En 2011 2012 il signe la chorégraphie du spectacle « RECYCLABLES » de la compagnie MAGIC ELECTRO sur la musique d’Henry Torgue.

Pour l’ensemble de ces projets Christophe Roser a participé à plus de 700 représentations au niveau national et international. Tous ces projets lui ont permis d’exploré le monde : Europe, Guatemala, Panama, Costa Rica, Salvador, Colombie, Nicaragua, Mali, Burkina Faso, Sénégal, Cap Vert, Guinée, Niger, Mauritanie, Cuba, Brésil…
Spécialisé dans les Funk Styles (danse originaire de la côte ouest des Etats-Unis)

Démarche artistique :
Christophe Roser forge l’évolution de son travaille artistique à travers la rencontre et l’échange.
Après avoir observé et expérimenté ces dernières années les processus de création de différents artistes de tout horizon confondu, il a le désir d’offrir à voir des pièces qui soit le fruit de ce qu’il désire personnellement exprimer, tout en mutualisant les aspirations et le savoir-faire de son entourage. En dehors des danseurs qu’il connaît et dont il souhaite valoriser le potentiel artistique et technique, il fonde la réussite de ses créations sur l’ouverture à des collaborations des partenaires extérieurs à la Compagnie (mise en scène, scénographie, musique)…


LES NEWS